Déclaration de refus d’acharnement thérapeutique

Exemple de déclaration:

Déclaration de refus d’acharnement thérapeutique:

Date

Je soussignée Madame………………………… domiciliée à ……… née le ……………déclarer par la présente mon refus d’acharnement thérapeutique. C’est-à-dire que je refuse si mon état se dégrade :

-(tout ce que vous refusez que l’on vous fasse !)

Et je mandate Madame ou Monsieur de faire respecter ma demande auprès des Médecins  et différentes personnes responsables.

Fait à…….

Nom et prénom                                                                      Mandataire       Nom et prénom

Signature                                                                                  signature

Il est utile et nécessaire de  remettre un exemplaire au Médecin!!

Déclaration des dernières volontés en matière de sépulture.

Si il y a bien une chose dont on est sûr, c’est qu’un jour, tous, nous passerons l’arme à gauche. On laissera la grande faucheuse répondre aux questions “ quand? ” et “ comment?”. La mort, en effet, peut surprendre à tout moment. Avec des conséquences auxquelles on ne prend pas le temps de réfléchir au préalable ou pour lesquelles rares sont les personnes qui ont pris des dispositions. ” Le choix des funérailles peut en effet être déterminé à l’avance. C’est pour ces différentes raisons que nous souhaitions vous informer des modalités de déclaration de « Dernières volontés en matière de sépulture »

Toute personne peut, de son vivant, informer de son plein gré et par écrit l’officier de l’état civil de sa Commune de ses dernières volontés quant au mode de sépulture et à la cérémonie funéraire.

-Cette déclaration est gratuite et consignée au registre de la population, le document doit être complété et signé de la main du déclarant, un accusé de réception lui sera adressé.

Trois possibilités s’offrent à vous :

1) Le déclarant se rend auprès du service de la population, muni de sa carte d’identité, afin d’y remplir un document mentionnant son choix.

2) Le formulaire peut être téléchargé, complété de manière manuscrite, signé et adressé au service population de l’administration communale avec une photocopie de la carte d’identité du signataire.

3) Vous pouvez retirer le document à la Maison de la Laïcité Sainte-Walburge

Les différents modes de sépulture sont les suivants :

-Inhumation des restes mortels (inhumation sans incinération)-Crémation suivie de la dispersion des cendres sur la pelouse de dispersion du cimetière. Crémation suivie de la dispersion des cendres en mer territoriale belge. Crémation suivie de la dispersion des cendres à un endroit autre que le cimetière ou la mer territoriale belge. Crémation suivie de l’inhumation des cendres dans l’enceinte du cimetière. Crémation suivie de l’inhumation des cendres à un endroit autre que le cimetière. Crémation suivie du placement des cendres dans le columbarium du cimetière. Crémation suivie de la conservation des cendres à un endroit autre que le cimetière.

Le déclarant peut également faire enregistrer son choix quant à la cérémonie funéraire :

-selon le culte catholique – protestant – anglican – orthodoxe – juif – islamique, selon la  conviction laïque, selon la conviction philosophique neutre.

Mention de la souscription d’un éventuel contrat obsèques peut également figurer dans cette déclaration.

Éditorial entre bien et mal

Chère Amie, cher Ami,

Bien sûr, j’y ai pensé !… Comme tout le monde je suppose.

J’y ai même cru souvent… trop souvent … parce que j’ai trop souvent jugé… je m’en confesse à vous… avec des circonstances atténuantes.

Le blanc n’existe que parce que le noir est concevable…

Imaginez en effet que l’on vous demande de définir la lumière alors que  la nuit vous est inconnue.

Physiquement, un tenon lui, ne peut exister par lui-même, il n’est là que parce qu’une mortaise attend de le recevoir, une cavité qui lui correspond au plus juste  … une cavité qui soit exactement son contraire car plus ils s’opposent dans leur manière d’être un tenon pour l’un,  une mortaise pour l’autre… et plus leur assemblage sera efficace, harmonieux et solide

Il en va de même semble-t-il, de tout ce qui est perceptible dans l’univers de l’homme, qu’il soit physique ou spéculatif… il existe un contraire à tout ce qui peut s’imaginer et chacun est voué à n’exister que par l’autre.

Alors, le bien existe… Sûrement !… Puisque le mal existe et que rien ne peut exister sans son contraire.

L’inverse est aussi vrai par ailleurs car comment imaginer le mal s’il ne peut s’opposer au bien.

Si le bien seul existait  nous tomberions dans l’angélisme…. comme nous sombrerions dans le pessimisme le plus complet dans le cas inverse.

Il nous faut donc bien considérer aussi que si l’on ne peut appartenir de manière définitive à l’un ou à l’autre, c’est qu’il existe entre les deux, une infinité de combinaisons dans lesquelles les nuances ont toute leur utilité et qui nous permettent de vivre comme des êtres normaux.

« Tout n’est pas blanc et tout n’est pas noir » entend-t-on souvent.

En effet, ce qui semble bien assimilé par la majorité, c’est que l’homme ne peut être tout à fait bon ni tout à fait mauvais.

Pourtant, au cours de notre courte vie, combien de fois n’avons-nous pas entendu parler de « axe du mal » de « bons et mauvais », de « bénéfique…ou maléfique » ?

Nos jugements sont… au minimum… inspirés par ce qui nous a construit : notre culture, notre milieu et sans doute un peu notre sensibilité.

L’essentiel pour trouver une harmonie paraît donc d’être attentifs et intransigeants envers ces pratiques si confortables inscrites en chacun d’entre nous,  de prononcer des jugements à l’emporte-pièce, en faveur de ce en quoi nous nous reconnaissons le mieux.

L’objectivité est aussi l’une des composantes d’une bonne pratique de la laïcité.

Merci à vous chères Amies et Amis, de m’avoir suivi.                                                                Francis.                  

Bouleversement de nos activités

En ces temps incertains, nos activités sont souvent reportées. Nous souhaitons que nos activités se passent dans les plus strictes règles de sécurité. C’est pour cela que la conférence “Liégeoiseries ou les truculences de notre langage” est déplacée au 18 février 2021. Nous recherchons activement de nouvelles dates pour les prochaines conférences.

En espérant que les activités de décembre puissent se maintenir, n’hésitez pas à nous contacter pour réserver votre place.

« Mettez de l’art dans votre panier »

C’est avec tristesse que nous nous voyons obligés d’annuler le Marché de l’art 2020.

Le Conseil National de sécurité ayant renforcés les mesures sanitaires, nous préférons privilégier la prévention que la guérison!